jeudi 22 décembre 2011

Vivre un deuil : Un processus incontournable de la vie adulte

Vivre un deuil est souvent une expérience très éprouvante à vivre. Lorsque nous sommes confrontés au décès d'un proche ou qu'une perte importante survient, nous pouvons avoir l'impression que notre vie bascule, nous sentir totalement envahi par différentes émotions. Ces émotions peuvent être très intenses ou, au contraire, elles peuvent sembler complètements éteintes, absentes.

Le processus du deuil

Chaque deuil est unique, s'inscrivant toujours dans une histoire et une relation tout aussi uniques. Il y a toutefois des ressemblances, des points communs qui existent entre ces processus. Différents penseurs ont regroupé ces ressemblances en étapes et élaboré des modèles qui nous aident à mieux comprendre ce que nous ou nos proches peuvent vivre lorsqu'ils sont en deuil.

Selon Bowlby (1961), les phases du deuil sont les suivantes :

  1. La phase de choc ou de torpeur : Cette phase se vit dans les moments qui suivent l'annonce de la perte. La personne a alors une impression d'irréalité, elle se sent comme dans un rêve ou complètement coupée de ses émotions.
  2. La phase de désorganisation ou de déséquilibre : Cette phase survient peu après, lorsque les émotions commencent à ressortir. La colère, la tristesse, la culpabilité, le soulagement et bien d'autres émotions sont alors vécues. Elles sont souvent accompagnées de symptômes physiques.
  3. La phase de réorganisation débute lorsque la perte commence à être intégrée et que la personne recommence à se sentir plus heureuse, à réorganiser sa vie.

jeudi 10 novembre 2011

Faire face à une première perte : le deuil chez l’enfant

Beaucoup d'enfants vont être confrontés à la perte d'un proche dans les premières années de leur vie. C'est souvent pour eux un premier contact avec la mort. Or, les enfants ont leur propre vision et compréhension du monde. Il peut être difficile pour les adultes de comprendre comment ils vivent leur deuil et de savoir comment les soutenir. Voici quelques informations qui peuvent aider à accompagner les enfants dans ce processus.

Les enfants d'âge préscolaire : de 2 à 5 ans

Lorsqu'ils sont très jeunes, les enfants voient la mort bien différemment des adultes. Ils comprennent mal que la mort est permanente, leur notion du temps étant souvent à court terme. Il ne faut donc pas s'étonner si, après quelques semaines, ils se demandent où est la personne décédée. Ils ne croiront souvent pas que la mort est irréversible, ni qu'eux aussi pourraient mourir. De plus, ils sont dans une étape de leur développement où ils sont généralement centrés sur eux-mêmes et vont ainsi souvent se culpabiliser (par exemple en s'imaginant à tort qu'ils ont causé le décès de la personne). Il est bien de les réconforter et les rassurer à ce niveau. Les enfants de cet âge vont aussi souvent lier la mort à la vie, la personnifier, sous forme de dessins par exemple.

lundi 7 novembre 2011

Le mieux-être psychologique… une personne et une entreprise à la fois !

Les patrons injustes, les emplois subalternes, la colère, le travail par quarts et les heures supplémentaires peuvent tous faire augmenter les risques de maladies physiques ou psychologiques : c'est ce qu'on appelle le stress professionnel. Ce dernier se définit comme la réaction affective et physique nuisible survenant lorsque les exigences d'un emploi ne correspondent pas aux capacités, aux ressources et aux besoins du travailleur. Il rend les gens vulnérables à la détresse psychologique, à des accidents du travail et à d'autres problèmes de santé.

Nous savons qu'un certain niveau de stress peut être bénéfique : de courts épisodes de stress peuvent stimuler la production de substances chimiques qui améliorent la mémoire, augmentent le niveau d'énergie et favorisent la vigilance et la productivité. À l'opposé, lorsqu'un individu est exposé à un niveau de stress élevé et de longue durée, celui-ci est beaucoup plus à risque de vivre les conséquences néfastes du stress.

En 2002, les Drs. Yaniv Benzimra et Yannick Mailloux (tous deux psychologues) ont fondé la firme Psychologues Consultants Y2, et se sont donnés comme mandat d'aider les individus à mieux gérer votre stress, prévenir la détresse psychologique et améliorer votre mieux être !

lundi 24 octobre 2011

Vivre un deuil à l'adolescence : Processus, alertes et conseils

Partie 2 : Comment aider l'adolescent qui vit un deuil ?

Plusieurs personnes se sentent désemparées devant l'adolescent qui vient de perdre un proche et se demandent comment l'aider à traverser cette épreuve… Lorsqu'il fait face au deuil, l'adolescent a souvent besoin de la présence de son entourage afin de traverser cette épreuve difficile le plus sereinement possible. Les parents, des oncles ou tantes, des amis, frères ou soeurs, ou d'autres personnes significatives dans sa vie peuvent jouer ce rôle. Un psychologue peut aussi lui apporter un soutien.

Valérie Bourgeois-Guérin (candidate au doctorat en psychologie clinique et stagiaire chez les Psychologues-Consultants Y2) vous présente quelques informations qui peuvent aider à soutenir un adolescent en deuil :

  • L'adolescent qui vit un deuil a besoin de personnes qui reconnaissent la perte qu'il vit et l'importance que prend cette dernière pour lui.
  • Les adolescents apprécieront souvent que les gens valident les émotions qu'ils ressentent (par exemple qu'on leur rappelle qu'il est normal de souffrir en de tels moments sans nier l'unicité de sa souffrance).

jeudi 20 octobre 2011

Vivre un deuil à l'adolescence : Processus, alertes et conseils

Partie 1 : Comment se vit le deuil à l'adolescence?

L'adolescence est une période de la croissance marquée par de nombreuses transformations. Lorsqu'en ces circonstances un décès survient, l'adolescent se voit plongé dans le vif de la souffrance de la vie : dans réalité de la mort. C'est cette souffrance qu'il doit alors apprivoiser en vivant son deuil. Plusieurs parents, proches ou amis des adolescents en deuil se questionnent sur ce que vit l'adolescent en deuil.

Valérie Bourgeois-Guérin (candidate au doctorat en psychologie clinique et stagiaire chez les Psychologues-Consultants Y2) vous présente quelques éléments qui peuvent aider à comprendre comment se vit le deuil à ce moment particulier de la vie.

Comment se vit le deuil à l'adolescence ?

Mis à part les effets du deuil qui sont communs à ceux des adultes (tel que décrit dans l'article portant sur le deuil chez les adultes), certaines manifestations du deuil sont particulières aux adolescents.

Les symptômes de deuil de l'adolescent s'étendent souvent sur une plus longue période que pour les adultes. L'adolescent a généralement moins d'expérience de perte d'un être cher que les adultes et ne sait pas toujours comment s'en sortir puisqu'il n'a jamais eu à faire face à un défi pareil.

lundi 20 juin 2011

A Biopsychosocial Approach to Chronic Pain: Epidemiology, Assessment & Treatment.

Pain is certainly one of the most common reasons for which patients seek medical treatment. The relief of pain is one of the physicians primary tasks, and the expectation of this relief often leads to the patient's idealization of the physician. While current understanding of the scientific basis of acute pain is minimal, that of chronic pain is even less. Chronic pain appears to serve no biological function, yet it remains resistant to treatment. Moreover, this condition seems to inhibit the patient's capacity to function and to enjoy life instead of serving the patient in some protective function. The patient gradually gives in to changes in behavior and affect, which in themselves are undesirable and maladaptive and, in turn, require treatment. Finally, besides the physical and emotional turmoil, chronic pain adds significant economic as well as social stress to the patient, family and society (Kouyanou, Pither, Rabe-Hesketh, & Wessely, 1998).

The present paper will present an overview of the latest advances in the literature related to non-pathological or benign-chronic pain. In other words, for purposes of this paper, chronic pain will refer to pain of a chronic nature for which no organic or tissu pathology is presently identified, eventhough the origins of that pain might have been of organic nature. The first section will present a biopsychosocial definition of chronic pain and will contrast chronic with acute pain. The second section will discuss the different methods that serve the assessment process of chronic pain. The third section will review the latest epidemiological data of chronic pain and will emphasize preventive care methods (primary, secondary and tertiary). The fourth section will present the role of treatment (biopsychosocial approaches) in dealing with chronic pain patients on an individual as well as on a community basis. Finally, the last section will outline some concluding remarks as well as future directions related to chronic pain research.

jeudi 28 avril 2011

jeudi 21 avril 2011

Difficultés à gérer vos courriels ?

Gestion de la circulation des courriels : Dix conseils

1. Répondez à des moments prédéterminés
Identifiez deux à trois périodes de temps chaque jour que vous consacrerez à vérifier et à répondre à vos courriels.

2. Réglez-les
Une fois que vous avez ouvert un courriel, réglez-le.

3. Supprimez Supprimez Supprimez
Si les courriels ne sont pas importants.

4. Classez-les; archivez-les
Les courriels ne devraient pas demeurer dans votre boîte de réception pour de longues périodes. Classez-les en utilisant un système qui vous convient.

5. Fermez les notifications automatiques
Éliminez une des distractions de votre journée de travail.

Problems managing your emails?

10 tips on how to manage E-mail traffic:

1. Answer at set times
Identify two to three chunks time each day when you can focus on checking and responding to emails.

2. Deal with it
Once you open an e-mail, deal with it.

3. Delete Delete Delete
If e-mails are not important...

4. File it; archive it
E-mail shouldn't stay in your inbox for long periods of time. File it using a system that works for you.

5. Turn off auto notifiers
Eliminate one of the distractions in your work day.

lundi 7 mars 2011

Difficultés à gérer votre énergie ?

10 conseils pour gérer votre énergie :

1. Délassez-vous
Détendez-vous, relaxez, planifiez à l'avance.

2. Modifiez votre énergie au besoin
Variez vos habitudes d'énergie — augmentez lorsque votre niveau d'énergie est bas et diminuez lorsque votre niveau est élevé.

3. Pensez et soyez positif
Les deux augmentent votre niveau d'énergie et aident à gérer le stress.

4. Gardez au frais
Non, pas vous — le moment et l'endroit où vous travaillez ou jouez doivent être propices aux activités que vous entreprenez.

5. Dosez et espacez
Faites en sorte d'avoir suffisamment de temps pour entreprendre / terminer vos tâches, qu'elles soient gérables, et que vous ayez le temps de vous reposer entre les tâches.

Problems managing your energy?

10 tips on how to manage your energy:

1. Unlax
Unwind, relax, plan ahead

2. Shift your energy as required
Vary your energy patterns — shift up when your energy level is down and shift down when it is up.

3. Think and be positive
Both raise your energy level and help with stress management.

4. Keep cool
No, not you — when and where you are working or playing should be conducive to the activities you are undertaking.

5. Pace and space
Ensure that you have enough time to undertake/complete your tasks, that they are manageable, and that you have time to pursue restful activities in between tasks.

lundi 28 février 2011

Losing your concentration or focus at work?

10 tips on how to improve your concentration at work:

1. Defend your workspace
Hang a sign at your workstation or office asking not to be disturbed while you are working on a project.

2. Eliminate distractions
Wear headphones. Transfer your phone. Turn off your BlackBerry. Turn your office chair to the window (if you have one).

3. Have a drink
No, nothing alcoholic. While you're working, drink plenty of water. Why? When you are even mildly dehydrated you can feel less able to concentrate.

4. Take breaks
Go for a short walk. Take a coffee or a tea break.

5. Uni-task
Focus on one thing to the exclusion of all else. To improve your concentration, stop trying to do several things at once.

Difficultés de concentration au travail ?

10 moyens d'améliorer votre concentration au travail :

1. Protégez votre espace de travail
Placez une affiche à votre poste de travail ou bureau demandant de ne pas être dérangé lorsque vous travaillez à un projet.

2. Éliminez les distractions
Mettez des écouteurs. Transférez votre téléphone. Éteignez votre BlackBerry. Tournez votre chaise face à la fenêtre (si vous en avez une).

3. Buvez
Non, pas d'alcool. Lorsque vous travaillez, buvez beaucoup d'eau. Pourquoi? Même si vous n'êtes qu'un tout petit peu déshydraté, vous vous sentirez moins en mesure de vous concentrer.

4. Prenez des pauses
Faites une courte marche. Prenez une pause café ou thé.

5. Ne faites qu'une seule tâche
Concentrez-vous sur une chose à l'exclusion de tout le reste. Pour améliorer votre concentration, arrêtez d'essayer de faire plusieurs choses à la fois.

Arrêtez de perdre votre temps !

10 Conseils pour bien gérer votre temps :

1. Organisez-vous
Organisez votre espace de travail, tenez à jour votre agenda, etc.

2. Planifiez-Ordonnancez
Déterminez combien de temps exigent les tâches, si elles peuvent être accomplies en totalité ou en partie, et déterminez/négociez les échéances.

3. Déterminez les priorités
Déterminez ce qui est vraiment important (autant au travail qu'à la maison).

4. N'essayez pas de jongler avec un trop grand nombre de tâches
Trouvez un équilibre entre le repos, la détente et les autres activités quotidiennes et les périodes de travail.

5. Établissez des méthodes de travail efficaces
Commencez avec les tâches les plus difficiles, organisez votre espace de travail, etc.

vendredi 18 février 2011

Stop Wasting Your Time!

Best 10 Tips to better manage your time:

1. Organize yourself
Organize your work space; keep an up-to-date appointment calendar, etc.

2. Plan-Schedule
Ascertain how long tasks will take, if they can be accomplished in whole or in part, and determine/negotiate deadlines.

3. Set Priorities
Determine what's really important (both at work and at home)

4. Don't try to juggle too many tasks
Balance rest, relaxation and other everyday activities with periods of work

5. Establish effective work techniques
Start with the most difficult tasks; organize your work space, etc.

lundi 17 janvier 2011

Itching for a conflict?

On the surface, a conflict-free life may seem ideal. Many individuals seem to be on the lookout for a stress-free life — things are simple, challenges are few and interpersonal conflicts are non-existent.

Most experts agree, however, that conflict can not always be avoided—it is a part of life. But it can also be a positive experience since it often presents an opportunity to better understand those around us and improve our interactions with them.

In a conflict, the positions and concerns of two individuals may first appear to be miles apart. During a conflict, individuals can be assertive (even aggressive) in trying to satisfy their wants and needs. Alternatively, they can cooperate and try to placate the other person, or attempt to reach a compromise – or respond to the needs and wants of both parties.

Conventional wisdom recognizes, for example, that often "Two heads are better than one" and as such we should collaborate in a conflict situation. On the other hand, some would argue that "Might makes right" and we should try to win at any cost.

As psychologists, we have seen that individual manage conflict in a variety of ways. Conflict management strategies suggest using a set of social skills (e.g. listening, assertiveness, cooperation, problem-solving, persuasion, negotiation). While each conflict situation will often determine the best conflict-handling strategy to be used, we all have our preferred ways of managing interpersonal conflicts and often resort to one strategy type over others.

jeudi 6 janvier 2011

Daily Grind or Work-life Balance - It's Your Choice!

Daily our lives are filled with a variety of personal, family-related and professional responsibilities and obligations. Most people are successful in developing strategies to manage the repetitive aspects of their every day routines – or "the daily grind".

It's the unexpected events and/or last minute demands in our lives that seem to catch many of us off guard and that influence our ability to deal with them effectively.

There are a number of strategies that can help individuals better cope with the psychological and physical impacts of their life/work stressors. Preventative strategies, such as exercise, balanced diet, relaxation, deep breathing, and adequate sleep build our resilience to stress. In fact, it has been shown that adopting a healthier and more active lifestyle works.

Other coping strategies, including assuming a more positive and realistic outlook on life demands and seeking social support, have also proven to be beneficial in managing stress.

I believe that our ultimate goal is to lead a happier and more meaningful life. For many, this begins by tackling the numerous life stressors first and by attempting to achieve work-life balance.